Les publications récentes dans la presse nationale et internationale d’informations relatives au processus « RECOMPOSE » provenant du “groupe de Seattle (USA)” ont relancé l’intérêt autour des rites funéraires”.

Depuis début 2014, ces personnes visent à mettre en place, au niveau mondial, un business très lucratif grâce au compostage des humains ce qui est à l’opposé des intentions de la Fondation, ni avec les mentalités dans nos régions.

La Fondation suit ces travaux depuis quelques années ; nous avons tenté un rapprochement avec ce groupe mais sans succès.

Il n’est donc pas question de traduire RECOMPOSE par le terme HUMUSATION, ce que certains journaux et sites francophones ont fait. En effet, beaucoup de points importants différencient ces deux processus de décomposition des dépouilles humaines.
RECOMPOSE est basé sur un processus accéléré, très technologique, d’une durée de moins de 2 mois; le corps est introduit dans une gros cylindre métallique tournant, contenant de la matière végétale dans lequel de l’air humide à 50°C est injecté en
permanence.

La durée du processus mais aussi l’absence de contact avec le sol (zone de vie des humuseurs) ainsi qu’un apport énergétique important sont les premières grandes différences qui peuvent être relevées ainsi qu’au final le coût pour la famille!
Nous attendons d’autres informations de cette équipe pour établir une comparaison “technique” plus complète avec l’HUMUSATION.

Néanmoins, la légalisation très prochaine du processus RECOMPOSE dans l’État de Washington (USA) pourrait stimuler la légalisation de l’humusation, ici.

En effet, les expérimentations qui ont été faites de compostage de 6 cadavres humains devraient conduire à des publications scientifiques détaillées concernant les réels avantages, par rapport au “système en vigueur”, qui pourraient aussi être utiles pour soutenir l’humusation.

Concernant, par exemple, les germes pathogènes, les publications “grand public” mentionnent qu’ils sont absents du compost final issu de RECOMPOSE mais on attend les résultats dans les publications scientifiques pour en savoir plus sur ce que deviennent les os et les dents, sur la formation de complexes argilo-humiques stables, sur la présence (ou pas) de molécules chimiques résiduelles,

Cela devrait , nous l’espérons, nous permettre d’obtenir, sans plus tarder, le financement de tests scientifiques en Wallonie, en France,… par nos “autorités” politiques, sur la mise en humusation de dépouilles humaines, selon notre “process” visant à l’obtention d’un m3 et demi d’humus, vraiment, sain et fertile aux qualités proches de la “Terra Preta” d’Amazonie.
Notre but est d’obtenir des résultats exceptionnels, avec tout le terreau obtenu.
L’humus issu d’une seule dépouille serait capable de rendre auto-fertile l’espace pour faire pousser une centaine d’arbres !

Ceci devrait marquer les esprits et ainsi aider à emporter, rapidement, l’adhésion d’une part importante de la population pour notre nouveau mode de sépulture. Il devrait aussi permettre de diminuer de 5 % son empreinte écologique globale d’une vie au lieu de l’augmenter d’au moins 5 à 10 % en continuant à choisir l’enterrement classique et même l’incinération !

Cette différence  de 10 à 15 % minimum, n’est pas du tout négligeable comme action pour le Climat, tout en diminuant le coût global des funérailles

Et, pour les familles soucieuses de léguer à leurs enfants, petits enfants,… une Terre encore vivable, accueillante, grâce aux économies financières réalisées en choisissant l’humusation par rapport aux traditions, elles  disposeront d’un budget permettant de compenser la totalité du CO² émis par le défunt, pendant toute sa vie, en faisant planter 10.000 arbres en bordure des déserts pour arrêter leur expansion tout en y (re)créant de bonnes conditions de vie pour les populations locales ce qui devrait réduire l’immigration vers les pays occidentaux… n’est-ce pas carrément “bluffant” ?

Mot-clé

Liste Questions Fréquentes

Rejoignez-nous

Devenez Coopérateurs

pour co-créer du monde de demain en prenant au moins une part de la coopérative SCES HUMUSATION qui a met en place le premier "Centre Pilote pour l’Humusation" au monde.

Chaque euro investi dans notre coopérative sera un euro qui vit !

C'est ensemble et avec votre participation financière que nous y arriverons plus vite.

L'Union fait la Force !

Soutenez notre fondation

pour son travail de lobbying

indispensable pour obtenir

la légalisation de l'HUMUSATION !

 

Merci pour votre DON

 sur le compte :

IBAN BE70 9731 2659 3825
BIC ARSPBE22