Rappelons, en effet, qu’il est prévu dans le processus d’HUMUSATION, qu’à la fin de la première phase (environ 4 mois), la butte végétale soit ouverte et que les humusateurs sortent les os et les dents pour les réduire en miettes avec le même genre d’équipement mécanique qui est utilisé actuellement dans tous les centres de crémation en Belgique et ailleurs.

Pour celles et ceux que cette opération pourrait rebuter, sachez quand même que le broyage est une étape obligatoire après toute crémation… Pour les sceptiques, demandez au personnel, d’un crématorium proche de chez vous, de voir le matériel qui est utilisé afin de pouvoir rendre sous forme de poussières, les restes de l’incinération, avant de remplir l’urne destinée aux familles.

Dans notre process, ce n’est pas une obligation. Après les 4 premiers mois, lorsque toutes les chairs seront déjà décomposées, il sera possible de demander aux humusateurs de mettre les os dans un “cercueil en réduction” afin qu’il puisse rejoindre un caveau de famille par exemple …

Les avantages, c’est qu’on aura évité la pollution des sols et des nappes phréatiques par les jus de putréfaction des chairs, contenant la cadavérine,  la putrescine (substances très nocives) et la plupart des molécules chimiques qui sont venues s’y loger, et surtout que toutes les matières molles auront été correctement rendues à l’humus.

Évidemment, les cycles du Phosphore et du Calcium ne seront pas bouclés puisque les os et les dents vont y rester jusqu’à ce que les fossoyeurs (qui devront exhumer les restes au moment où plus personne ne paiera pour cette concession) les recouvriront de chaux vive après les avoir regroupés par 200 dans un ossuaire pour les détruire… avec tous les risques que cela comporte pour les nappes phréatiques… tôt ou tard !

Depuis que les traditions nous ont obligés à enterrer et incinérer nos morts, tout le Phosphore et le Calcium de leurs os a été irrémédiablement perdu pour la biosphère !

Il faut savoir que c’est loin d’être anodin puisque le phosphore est indispensable pour la bonne croissance de la plupart des végétaux.

Comme pour le pétrole, on a déjà dépassé le “pic” de la production des super-phosphates industriels, qui ne sont pas si “super” que  cela, puisqu’ils sont lessivables et se retrouvent donc aussi dans les nappes phréatiques lors de fortes averses….

Au contraire, l’HUMUSATION complète, en 2 étapes étalées sur 12 mois aboutira à la MÉTAMORPHOSE de toutes les cellules, qui formaient les dépouilles mortelles, en humus… c-à-d en complexes argilo-humiques stables  résistant à l’érosion.

Mot-clé

Liste Questions Fréquentes

Rejoignez-nous

Devenez Coopérateurs

pour co-créer du monde de demain en prenant au moins une part de la coopérative SCES HUMUSATION qui a met en place le premier "Centre Pilote pour l’Humusation" au monde.

Chaque euro investi dans notre coopérative sera un euro qui vit !

C'est ensemble et avec votre participation financière que nous y arriverons plus vite.

L'Union fait la Force !

Soutenez notre fondation

pour son travail de lobbying

indispensable pour obtenir

la légalisation de l'HUMUSATION !

 

Merci pour votre DON

 sur le compte :

IBAN BE70 9731 2659 3825
BIC ARSPBE22