Pourquoi éviter l’inhumation ?

Pourquoi éviter l’inhumation ?

Compte tenu du manque de place dans les cimetières et de la peur de propagation des maladies, on enterre généralement à près de 2 mètres de profondeur. Là, il n’y a plus l’humidité idéale, ni l’air pour que puissent vivre les humuseurs, tous ces micro-organismes capables de recycler harmonieusement nos dépouilles mortelles. Il s’en suit une production massive de substances très nocives telles que cadavérine et putrescine qui se s’écoulent avec tous les produits chimiques, accumulés en nous au cours de la vie, dans les sols et les nappes phréatiques. 

 

http://www.levif.be/actualite/environnement/les-cadavres-sont-mauvais-pour-l-environnement/article-normal-653061.html

 

Quel que soit le type de “cercueil” (chêne massif verni, peuplier non traité, aggloméré, “œuf” en plastique biodégradable, même en osier, carton recyclé ou cellulose), en aucun cas, les dépouilles mortelles  n’ont pu, et ne pourront, jamais se décomposer correctement même si les défunts sont enterrés dans des copeaux de bois, ou s’ils ne sont emballés que d’un simple linceul biodégradable ou, comme le souhaite Gabriel Ringlet, “nu, dans la terre nue” ou, comme Luke Perry (acteur de la série “Beverly Hills”) l’a voulu, dans un costume “champignons”

Si, pour rendre les cimetières plus verts, on décide de végétaliser la partie horizontale des tombes, ce n’est pas grâce, mais malgré, la présence des morts que les plantes pousseront !

 

 

 

Piquet de clôture en bois, planté pendant quelques années: il n’y a  que  les 20  cm, au maximum, en contact avec les “humuseurs“, qui sont en voie de décomposition. En dessous, le piquet ne se décompose pas…

En tout état de cause, si on se réfère à ce qui se passe lorsqu’on plante un piquet en bois dans le sol : après quelques années, le piquet casse toujours … au raz du sol !

Seuls les max 20 cm sous le niveau du sol, qui sont, eux, en contact avec l’air, l’eau, les champignons et les bactéries se décomposent. Par contre sous les 20 cm, le pied reste toujours intact, en meilleur état que la partie aérienne, comme le démontre la photo ci-contre.

Aucune matière organique ne se décompose convenablement en profondeur …. on peut même lire certains journaux ou magazines enfouis profondément dans nos décharges, depuis plusieurs années !

On brise irrémédiablement le cercle vertueux de la vie sur terre.

On en fait des “déchets” alors que dans la nature, il n’y a  que des “ressources”.

 

C’est parce que les matières organiques mortes (feuilles, branches, arbres, déjections des animaux, leurs dépouilles) restent sur le sol, au-dessus des racines, à la disposition des humuseurs (toute la micro-faune -champignons, bactéries, …- œuvrant gratuitement, sans relâche, dans les 20 premiers cm du sol, uniquement !) qui en (re)font de l’humus fertile en permanence, que nos arbres poussent si bien dans nos bois sans devoir aller retourner les sols et utiliser le moindre engrais, ou pesticide chimiques  …

Pire, 30 voire 50 ans plus tard, selon les fossoyeurs chargés de réaffecter la place, quand plus personne ne s’occupe de la tombe, on retrouve beaucoup de corps et cercueils pas encore décomposés.

Ils suintent de toute part, et polluent les terres, les nappes phréatiques et les cours d’eau, aux abords des cimetières, avec tous les produits chimiques accumulés dans les chairs : résidus de médicaments, pesticides, nanoparticules, perturbateurs endocriniens,… ainsi que métaux lourds, amalgames dentaires, prothèses métalliques ou en silicone, pace-maker, …

 

Ils sont alors rassemblés par 200 dans des ossuaires, et recouverts de chaux vive

aux frais de la communauté !?

Mot-clé

Articles récents

Rejoignez-nous

Devenez Coopérateurs

pour co-créer du monde de demain en prenant au moins une part de la coopérative SCES HUMUSATION qui a met en place le premier "Centre Pilote pour l’Humusation" au monde.

Chaque euro investi dans notre coopérative sera un euro qui vit !

C'est ensemble et avec votre participation financière que nous y arriverons plus vite.

L'Union fait la Force !

Soutenez notre fondation

pour son travail de lobbying

indispensable pour obtenir

la légalisation de l'HUMUSATION !

 

Merci pour votre DON

 sur le compte :

IBAN BE70 9731 2659 3825
BIC ARSPBE22

Pourquoi éviter la crémation ?

Pourquoi éviter la crémation ?

La destruction rapide par le feu d’un corps humain, constitué d’environ 80 % d’eau, n’est pas une chose facile à réaliser, car il est extrêmement peu combustible… La crémation doit se faire à plus de 1000 °C pendant +/- 1 h 30′ !

Cette destruction, qui, dans le meilleur des cas, est imparfaite, puisqu’il reste toujours des os et les dents, est très coûteuse en énergie fossile (près de 200 l d’équivalent mazout), en plus de celle du bois du cercueil…

Pendant la crémation, les vêtements, les chairs, et le cercueil sont transformés en pollution, comme le  dioxyde de carbone (CO₂), anhydride sulfureux (SO₂) et oxydes d’azote (NOx), rejets qui contribuent au réchauffement climatique et aux pluies acides, ainsi que des composés particulièrement toxiques comme les dioxines, les fines particules de métaux lourds (mercure, plomb, cadmium)… et poussières fines qui contribuent à la formation du smog http://www.levif.be/actualite/environnement/les-cadavres-sont-mauvais-pour-l-environnement/article-normal-653061.html .

C’est une catastrophe écologique, et les problèmes de santé sont nombreux aux abords des crématoriums: les filtres sont rarement vraiment efficaces et les polluants qui y sont retenus vont à l’égout, lors de leur nettoyage ! C’est d’autant plus grave que les stations d’épuration sont incapables de les éliminer… Ils se retrouvent « in fine » dans la faune et flore présentes dans les fleuves et les mers, inexorablement.

En aucun cas, les cendres n’ont pu, et ne pourront, jamais contribuer à faire pousser quoique ce soit même si la publicité pour les urnes biodégradables tente de profiter de la crédulité des gens naïfs pour leur faire croire qu’ils pourront choisir l’arbre afin de pouvoir aller se recueillir… après avoir enterré ces urnes funéraires en pleine nature, aux pieds des arbres, dans une forêt cinéraire.

Un enfant d’école primaire comprend, dans l’ instant, qu’enterrer et (ou) incinérer (ce qu’on fait aussi avec nos immondices !) nos chers défunts, c’est casser le cycle de la Vie en empêchant, irrémédiablement, de rendre aux couches superficielles de la Terre, ce qui “reste” au bout de la vie !

Pour quiconque doté d’un minimum de bon sens,il faut donc légaliser, rapidement, notre concept, enfin écologique, comme alternative au “système en vigueur”… afin de pouvoir garder, au moins, un lien “vivant” avec son parent, grand-parent,… et montrer la voie pour régénérer notre planète et même éviter de trop dérégler le Climat.

Mot-clé

Articles récents

Rejoignez-nous

Devenez Coopérateurs

pour co-créer du monde de demain en prenant au moins une part de la coopérative SCES HUMUSATION qui a met en place le premier "Centre Pilote pour l’Humusation" au monde.

Chaque euro investi dans notre coopérative sera un euro qui vit !

C'est ensemble et avec votre participation financière que nous y arriverons plus vite.

L'Union fait la Force !

Soutenez notre fondation

pour son travail de lobbying

indispensable pour obtenir

la légalisation de l'HUMUSATION !

 

Merci pour votre DON

 sur le compte :

IBAN BE70 9731 2659 3825
BIC ARSPBE22

Comment réduire les impacts négatifs de la crémation et de l’inhumation ?

Comment réduire les impacts négatifs de la crémation et de l’inhumation ?

  • Oublier la thanatopraxie (soins de conservation destinés à redonner aux cadavres l’apparence de la vie et à repousser la putréfaction) qui utilise des pesticides ou des biocides tels que formaldéhyde et paraformaldéhyde, produits très toxiques déshydratant et raffermissant des chairs, fongicides, bactéricides, virucides… Le logo ” tête de mort ” qui rappelle la dangerosité figure d’ailleurs sur presque tous les bidons de produits destinés à être injectés à la place des ” fluides corporels”. Ce sont des poisons qui empêchent la décomposition des corps, tout en restant toxiques dans le temps. D’autant plus que tous ces fluides corporels sont “balancés”, eux aussi, dans les égouts…
  • Autant que possible faire don des organes en bon état, enlever les prothèses métalliques, plombages,…
  • Pas de bijoux, vêtements, chaussures difficilement biodégradables. Habiller le défunt avec des vêtements en matières naturelles (coton, lin), en proscrivant les dérivés de pétrole.
  • Pas de cercueil en bois exotique vernis. Préférer le cercueil en bois du pays non traité, ou, mieux, le cercueil en carton recyclé ou, encore mieux, le simple linceul
  • Sans caveau, ni sarcophage, ni pierres tombales (souvent importées de Chine ou d’Inde)

L’inhumation équivaut entre 3,6 crémations et 5 crémations. En moyenne, un enterrement émet 833 kilos de CO2 ce qui équivaut à 11% des émissions de CO2 d’un Français moyen sur un an, ou 84% d’un aller-retour Bruxelles – New York, ou encore 4023 kilomètres en voiture. *

Une crémation moyenne équivaut à 233 kilos de CO2, soit 3% des émissions d’un Français sur un an, 23% d’un aller-retour Paris-New York, 1124 kilomètres en voiture. L’étude là aussi part de la mise en bière pour aller jusqu’à la destination de l’urne (colombarium, cavurne, caveau, dispersion) en passant par la crémation en elle-même et la fabrication de l’urne cinéraire.*

Mot-clé

Articles récents

Rejoignez-nous

Devenez Coopérateurs

pour co-créer du monde de demain en prenant au moins une part de la coopérative SCES HUMUSATION qui a met en place le premier "Centre Pilote pour l’Humusation" au monde.

Chaque euro investi dans notre coopérative sera un euro qui vit !

C'est ensemble et avec votre participation financière que nous y arriverons plus vite.

L'Union fait la Force !

Soutenez notre fondation

pour son travail de lobbying

indispensable pour obtenir

la légalisation de l'HUMUSATION !

 

Merci pour votre DON

 sur le compte :

IBAN BE70 9731 2659 3825
BIC ARSPBE22

Quels sont les avantages de l’Humusation ?

Quels sont les avantages de l’Humusation ?

Régénérer la terre

Lieu de mémoire pour l'humusation

 

 

 

L’humusation n’est pas incompatible avec la création d’un lieu-jardin de mémoire.

Les dépouilles mortelles des milliards d’humains représentent une biomasse dont le poids environnemental est loin d’être négligeable. Pas de gestion soutenable de l’environnement sans la réinsertion correcte de nos dépouilles dans la biosphère.

C’est l’émergence d’une vision nouvelle sur la vie et la mort, en accord complet avec les lois de la nature et les traditions :

nous “venons” de la Terre et, à la fin de notre existence terrestre, nous y retournerons pour faire de l’humus, de la terre vivante. L’Humusation aboutira à la production de +/- 1.5 m³ de “super compost”, capable d’en décupler les effets lors de la fertilisation des sols.

Arrêter d’empoisonner la terre et les vivants

Nos corps sont de plus en plus gorgés de résidus de médicaments, métaux lourds, pesticides, fongicides, perturbateurs endocriniens, nano particules, prothèses, et autres. Seule la capacité épuratoire d’un super compost, adéquatement géré, peut garantir un retour à la Terre, sans “ardoise”, y compris au niveau des germes pathogènes, pour les Générations Futures.

En choisissant l’Humusation, la seule pratique funéraire 100 % favorable à l’environnement, vous pourrez enfin cesser d’empoisonner les vivants avec votre dépouille mortelle, et réduire votre empreinte écologique globale plutôt que l’alourdir encore sensiblement, par des obsèques traditionnelles ! 

On peut raisonnablement estimer que l’Humusation va réduire d’au moins 5 % l’empreinte écologique du défunt, contrairement aux pratiques actuelles qui l’alourdissent encore de minimum 5 à 10 %. Lorsque la loi le permettra, toutes celles et ceux qui bénéficieront de ce traitement de faveur diminueront donc la leur, d’au moins 10 à 15 % !

Se reconnecter à l’intelligence de la nature

Sous prétexte d’hygiène et de performance, mais surtout pour nous faire acheter, on nous a trop fait oublier le modèle résilient et autonome de la forêt.

Il faut, de toute urgence, rendre aussi aux couches superficielles de la Terre tous les autres restes de ce qu’elle nous a donnés (épluchures, restes des repas, déjections animales et humaines, animaux domestiques,…).

Pour le faire correctement, il est indispensable de prendre le temps d’appréhender l’art du bon compostage. Cela nous rapportera bien plus que vous pouvez l’imaginer: la (re)connexion avec votre instinct de survie.

Mot-clé

Articles récents

Rejoignez-nous

Devenez Coopérateurs

pour co-créer du monde de demain en prenant au moins une part de la coopérative SCES HUMUSATION qui a met en place le premier "Centre Pilote pour l’Humusation" au monde.

Chaque euro investi dans notre coopérative sera un euro qui vit !

C'est ensemble et avec votre participation financière que nous y arriverons plus vite.

L'Union fait la Force !

Soutenez notre fondation

pour son travail de lobbying

indispensable pour obtenir

la légalisation de l'HUMUSATION !

 

Merci pour votre DON

 sur le compte :

IBAN BE70 9731 2659 3825
BIC ARSPBE22

Et l’œuf, l’urne bio et le costume de champignons ?

Et l’œuf, l’urne bio et le costume de champignons ?

Le costume de champignons

Voici une provocation puissante de la part de l’artiste Jae Rhim Lee. Pouvons-nous engager nos corps pour une planète plus propre et plus verte, même après la mort? Naturellement, en utilisant un costume d’enterrement spécial ensemencé de champignons dévoreurs de pollution. Oui, c’est peut-être bien la conférence TEDx la plus étrange que vous ne verrez jamais… mais, elle est la seule avoir aussi bien exprimé publiquement les dangers que représentent toutes les molécules chimiques toxiques qui se sont accumulées dans nos corps…!

La solution qu’elle propose est malheureusement très difficile à mettre en œuvre en comptant sur l’être humain pour “domestiquer” des champignons susceptibles de pouvoir détruire des molécules dont la diversité augmente en permanence (d’autant plus que les corps sont toujours enterrés et qu’aucun champignon ne peut fonctionner vraiment en l’absence d’air) ….Alors que, dans le “compost haut de gamme” préconisé pour l’humusation, la myriade de micro-organismes, bactéries, champignons, ….provenant de toute la faune du sol le fera parfaitement, tout naturellement, à très peu de frais et sans la moindre dépense d’énergie fossile !

L’urne

Des “urnes” biodégradables qui, peut-être, seraient encore bien mieux adaptées pour transporter le “super compost” avec les graines choisies pour l’espace commémoratif individuel.

Car, en l’état, ce n’est que du Green Washing de l’incinération classique ! Si l’arbre arrive à grandir ce n’est pas grâce aux cendres de la dépouille humaine mais plutôt malgré elles…

L’œuf

Les capsules concept Capsula Mundi

Outre l’impossibilité technique de placer un défunt en position fœtale, dans un œuf en plastique biodégradable, est-ce mieux ? Non, attention au Green Washing de l’inhumation classique ! À nouveau, si l’arbre arrive à grandir ce n’est pas grâce à la dépouille humaine mais plutôt malgré elle…

Et pourtant, ces initiatives ont un intérêt certain

Toutes ces initiatives, bien qu’irréalistes, remportent un vif intérêt auprès d’une partie de la population; preuve que nous sommes de plus en plus nombreux à aimer faire “pousser” un arbre et (ou) même à ne plus polluer une fois que la vie nous aura quittés.

Mot-clé

Articles récents

Rejoignez-nous

Devenez Coopérateurs

pour co-créer du monde de demain en prenant au moins une part de la coopérative SCES HUMUSATION qui a met en place le premier "Centre Pilote pour l’Humusation" au monde.

Chaque euro investi dans notre coopérative sera un euro qui vit !

C'est ensemble et avec votre participation financière que nous y arriverons plus vite.

L'Union fait la Force !

Soutenez notre fondation

pour son travail de lobbying

indispensable pour obtenir

la légalisation de l'HUMUSATION !

 

Merci pour votre DON

 sur le compte :

IBAN BE70 9731 2659 3825
BIC ARSPBE22