Une étude à charge et de piètre qualité tente de discréditer l’humusation

Le rapport de l’UCLouvain sur l’humusation nous apprend surtout que l’art subtil du compostage n’est pas à la portée du premier expérimentateur venu… Il ne démontre rien d’autre que l’échec de processus mal menés, ne tenant pas compte de nos nombreuses recommandations.

Au lieu de sonner le glas de l’humusation, ces résultats devraient au contraire inviter les autorités compétentes à financer une étude sérieuse permettant de garantir que les dernières volontés des 4500 wallons qui ont déjà choisi ce mode de sépulture puissent, le moment venu, être respectées en offrant toutes les garanties techniques, sanitaires et écologiques nécessaires.

Près de 6 semaines après son envoi au Ministre Collignon, nous avons enfin pu prendre connaissance, ce 3/12/2020 seulement, de ce rapport dont il fait référence dans son communiqué de presse daté du 26/10 dernier.

Voici le résumé de notre position à ce sujet :

Analyse des résultats de l’étude UCLouvain : Adrien Dockx, Rémi Desmet & Philippe Baret,

Conversion aérobie des dépouilles : Validation méthodologique – Rapport Final, 2020.

Une étude récente [Dockx et al., 2020] justifie « l’enterrement » de l’humusation selon le ministre
Collignon en Wallonie. Or cette étude ne constitue pas un argument scientifiquement recevable pour
démontrer que l’humusation – telle que proposée par la Fondation Métamorphose ne fonctionne pas, et ce
pour plusieurs raisons :
– « l’humusation naturelle telle qu’étudiée ici » ne satisfait pas les prescrits de la fondation
Métamorphose concernant l’humusation, la fondation n’a été consultée que très tardivement et ses
recommandations n’ont été suivies que très partiellement ;
– d’un point de vue scientifique, l’étude présente de graves lacunes : absence de répétions, description
très lacunaire du matériel expérimental, très peu de modalités, pas de variation des paramètres jugés
critiques, pas de quantification du résultat attendu (la décomposition des chairs), abandon en cours de
route de la moitié des essais, disparition mystérieuse d’une partie des essais et résultats, omission de
certains éléments critiques du protocole.
L’étude de l’UCL démontre qu’il est possible d’échouer un processus de compostage et que, dans le cas
spécifique de l’humusation, cela peut avoir des conséquences préoccupantes : mauvaise décomposition du
défunt et risque de pollution nitrique des nappes phréatiques.
Cette conclusion invite logiquement, pour peu qu’il n’y ai pas ici une volonté d’enterrer l’humusation, à
poursuivre la recherche afin de mettre au point scientifiquement les paramètres de l’humusation permettant
de fournir toutes les garanties nécessaires à la bonne fin du processus.
Les lourds problèmes méthodologiques vécus au cours de cette étude invite toutefois à mener cette
nouvelle étude de Recherche et Développement sur d’autres bases et collaborations.

Voici leur publication https://uclouvain.be/fr/sciencetoday/actualites/compostage-des-corps-une-fausse-bonne-idee-ecologique.html

 

Télécharger

Notre analyse complète du rapport de l’UCLouvain se trouve ici :
Document Adobe Acrobat

Devenez Coopérateurs

pour co-créer du monde de demain en prenant au moins une part de la coopérative SCES HUMUSATION qui a met en place le premier "Centre Pilote pour l’Humusation" au monde.

Chaque euro investi dans notre coopérative sera un euro qui vit !

C'est ensemble et avec votre participation financière que nous y arriverons plus vite.

L'Union fait la Force !

Soutenez notre fondation

pour son travail de lobbying

indispensable pour obtenir

la légalisation de l'HUMUSATION !

 

Merci pour votre DON

 sur le compte :

IBAN BE70 9731 2659 3825
BIC ARSPBE22